clem-onojeghuo-111360-unsplash

Vendredi vert

Le phénomène du Black Friday

La mode du Black Friday est arrivée en Europe, plus particulièrement en France depuis quelques années. Le vendredi 23 novembre, les américains célèbrent le vendredi noir, une journée de soldes exceptionnelles. Énormément d’américains (et d’européens désormais) font le pont et ne travaillent pas ce jour là pour participer à une journée de surconsommation à outrance. Dès minuit, les consommateurs se ruent devant les magasins jusqu’à l’ouverture. Chaque année, cette journée s’accompagne d’incidents de consommateurs en furie. Le phénomène a augmenté de 170% de 2016 à 2017. 91 % des Français ont entendu parler du Black Friday en 2018 contre 58 % deux ans auparavant, selon des sondages YouGov.

Cette consommation de masse est un désastre pour l’environnement du fait notamment que les produits les plus achetés sont dans les domaines du textiles et de l’électronique… Une enquête du cabinet de conseil McKinsey selon laquelle nous achetons 60 % de vêtements de plus qu’il y a quinze ans, alors que 85 % des textiles achetés finissent à la déchetterie. Une autre enquête de la ZDF avait montré en juin qu’environ 30 % des articles réexpédiés par les clients déçus des grands sites d’e-commerce en Allemagne finissent à la poubelle et que chaque jour, des équipes sont affectés à la destruction de meubles, téléphones, machines à laver…. Encore neufs….

Le défi

Le défi consiste à entrer en résistance. Le jour du Black Friday, je ne fais aucun achat.